J’écoute du métal ! Bye bye les préjugés

Il semblerait que la musique soit une échappatoire pour beaucoup d’entre nous. Elle est souvent associée à un moment de détente mais elle peut aussi être un moyen d’expression. Nos choix musicaux sont en partie guidés par nos émotions, on aura peut être tendance à écouter de la musique plus calme quand on veut se détendre et un peu plus violente ou joyeuse quand on cherche à se motiver, etc.

Si on s’intéresse un peu à ces émotions, et notamment à la colère, certains diront qu’ils faut la réprimer, ne pas y faire attention ou encore la mettre de côté un temps pour mieux se venger plus tard. Mais… je ne pense pas. Il faudrait plutôt l’exprimer de façon pacifique. Je veux dire par là que toute émotion doit être accueillie pour être comprise et si nécéssaire, transformée. À chacun de trouver son moyen de l’exprimer.

La musique à un réel impact, comme le présentent M.L. Chanda & D. J. Levitin « Les preuves des effets bénéfiques de la musique sur la récompense, la motivation, le plaisir, le stress, l’éveil, l’immunité et l’appartenance sociale augmentent. »

La musique « extrême » peut avoir un pouvoir cathartique, c’est à dire une purification, selon Aristote. Étant très intéressée par les techniques « naturelles » pour « mieux vivre » je me renseigne souvent sur ce sujet, et je découvre que beaucoup affirment qu’il faut écouter de la musique calme, douce, supposée détendre. J’ai donc voulu me couper de cette musique dite extrême pour me tourner vers des choses plus calmes, que j’aimais également beaucoup, comme Aurora (Ici). Mais je ressentais un manque. Ces musiques « douces » peuvent en effet permettre de se détendre, de se calmer, d’apaiser les tensions, voir même d’aider à relativiser. Mais pour moi, rien de mieux qu’un « bon gros morceau de métal » pour me sentir bien.
Quoi de mieux que la « violence » musicale exprimée par d’autres pour avoir le sentiment d’exprimer celle qu’il y a en moi ?
On a tous en nous une part lumineuse, mais il ne faut pas oublier la part d’ombre. Souvent moins facile à assumer.

- Doyle - 25.02.17
– Doyle – 25.02.17

Je voulais aussi parler brièvement de la place de la religion. L’autre soir avant le concert de Doyle (Ici), Sinner Sinners (par ici) et Hollywood Goupies (par là) nous nous sommes fait accueillir par des « extrémistes religieux » qui nous ont dit: « vers nous c’est la voie de la vie, là bas c’est la voie de la perdition »… J’y ai réfléchi et j’ai cherché à comprendre. Mais non, rien à faire, ces personnes font des amalgames. Les métalleux ne sont pas satanistes, et même si c’était le cas, ne sommes nous pas supposés accepter l’autre dans sa différence ? Finalement ces deux personnes étaient beaucoup plus inquiétantes que ce le regroupement de dizaines de métalleux.

On retrouve toujours l’esprit « grande et gentille famille » dans ces concert de métal ! Un peu comme au Hellfest (Ici) où j’ai pu voir des personnes dégager un grand cercle dans la fosse parce qu’un jeune homme avait perdu son téléphone portable. J’ai assisté à des concerts d’autres genre musicaux, et je n’avais jamais vu ça !

Arch Enemy - Signing sessions - 2015
Arch Enemy – Signing sessions – 2015

Et j’en profite pour vous parler de Sinner Sinners que j’ai tout découvert tout récemment.  C’est un groupe franco-américain et autant vous dire que la puissance de la voix et de la mélodie de leurs morceaux est fantastique !

Et le 7 mars vous pourrez retrouver leur superbe nouvel album : Optimism Disorder !

 

Voici les liens vers quelques groupes que j’aime beaucoup (je ne les ai pas du tout triés par genre)
Attila – Terror – Arch Enemy – Eighters – Parkway DriveMisfitsEmmure – King 810 – Suicide Silence –

 

Références
– Rollin McCarty; Barrios-choplin B; M atkinson, Dana tomasino, The effects of different types of music on mood, tension, and mental clarity, alternative therapies in health and medicine 4(1): 75-84, february 1998
– Mattew P. Unger, Sound, Symbolism, Sociality : the aesthetic experience of extreme metal music, Palgrave MacMillan, ISBN: 978-1-137-47835-1                                                          – Le pouvoir du moment présent, Eckhart tolle
– Mona lisa Chanda; Daniel J. Levitin, The neurochemistry of music, Trends in Cognitive Sciences April 2013, Vol. 17, No. 4

Première image: http://favim.com/image/360609/

Relecture: Watching the scream

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s